Test PCR et antigénique sans RDV dans nos maisons médicales (COVID-19)

La grippe saisonnière

...
  1. Qu’est-ce que la grippe saisonnière ?
  2. Symptômes de la grippe saisonnière
  3. Transmission
  4. Prévention
  5. Vaccination
  6. Traitement

En France métropolitaine, l’épidémie survient chaque année, le plus souvent entre les mois de novembre et avril, avec un démarrage généralement vers fin décembre – début janvier. Elle dure en moyenne 10 à 11 semaines. Sur la base des données historiques des épidémies grippales depuis 1984, le réseau Sentinelles estime, qu’entre 788 000 et 4,6 millions de personnes consultent pour syndrome grippal lors des épidémies de grippe. Entre 25 % et 50 % de ces consultations concernent des enfants de moins de 15 ans.

Qu’est-ce que la grippe saisonnière ?

La grippe saisonnière est une infection virale aiguë causée par un virus grippal, Influenza, qui touche principalement les voies respiratoires supérieures (nez, gorge, bronches) et plus rarement les poumons.

Les virus grippaux se répartissent essentiellement entre deux types : A et B, se divisant eux même en deux sous-types (A(H3N2) et A(H1N1) pdm09) ou lignages (B/Victoria et B/Yamagata). Les virus grippaux de type A circulent chez de nombreuses espèces animales (canards, poulets, porcs, chevaux, …) alors que les virus grippaux de type B circulent essentiellement chez l’homme.

Les virus A et B sont à l’origine des épidémies saisonnières chez l’homme mais seuls les virus de type A ont été responsables de pandémies à ce jour. Les virus grippaux se caractérisent par une forte variabilité génétique, avec apparition plus ou moins fréquente selon les virus de mutations. Cette évolution génétique s’effectue :

  • Soit par glissement (« drift ») lors des épidémies saisonnières, qui peut se traduire par une baisse de l’efficacité vaccinale au cours d’une saison ;
  • Soit par cassure (« shift »). Ce dernier phénomène ne concernerait que les virus de type A. Il est responsable de l’apparition de nouveaux virus face auxquels la population n’est pas forcément protégée et qui peuvent être à l’origine d’une pandémie grippale.

Symptômes de la grippe saisonnière

Les symptômes apparaissent de 1 à 4 jours après la contamination. La grippe saisonnière se caractérise par l’apparition soudaine d’une forte fièvre, de toux (le plus souvent sèche), de céphalées, de douleurs musculaires et articulaires, de maux de gorge et d’écoulement nasal.

La plupart des sujets guérissent en une semaine sans avoir besoin de traitement médical ou avec un traitement symptomatique léger (antipyrétique, hydratation, antitussif et repos).

Dans certains cas la grippe peut entraîner une maladie grave ou un décès chez les personnes à risques. Ces personnes peuvent nécessiter une hospitalisation en réanimation, le recours à une assistance respiratoire : personnes âgées de plus de 65 ans, femmes enceintes, obèses morbides, diabétiques, immunodéprimées, personnes atteintes de pathologies chroniques (maladies cardiovasculaires, maladies respiratoires), nourrissons.

Transmission

La grippe saisonnière se transmet facilement et la propagation dans les établissements fréquentés par les plus fragiles, comme les écoles ou les maisons de retraite peut être rapide.

Les virus grippaux pénètrent dans l’organisme par voie respiratoire, au niveau du rhino-pharynx. Ils se transmettent facilement par voie aérosol, au moyen de microgouttelettes et de particules excrétées par un patient infecté lorsqu’il tousse, éternue ou parle qui atteignent les personnes qui se trouvent à proximité immédiate.

Les virus grippaux peuvent être aussi transmis par l’intermédiaire des mains (type de transmission appelé « manuportage »), lorsqu’une personne touche une surface contaminée et porte sa main à proximité du nez, d’où l’importance des mesures barrière lors des épidémies (port de masque, lavage des mains).

Le virus de la grippe survit :

  • Quelques minutes sur la peau
  • Quelques heures dans les sécrétions respiratoires séchées et sur les mouchoirs, vêtements, papier, etc.
  • Jusqu’à plusieurs jours sur des surfaces inertes (poignées de porte, plans de travail, etc.). Le délai entre la contamination et l’apparition des symptômes (période d’incubation) est de 1 à 3 jours en moyenne mais peut s’étendre jusqu’à 5 jours. Pendant la période d’incubation la personne contaminée peut être contagieuse.

Les virus grippaux se multiplient dans l’épithélium respiratoire, où de nouvelles particules virales sont produites. La multiplication virale est localisée. La réplication virale provoque une nécrose de l’épithélium respiratoire cilié qui s’accompagne d’hypersécrétion de mucus bronchique.

Les températures froides favorisent la survie des virus grippaux ce qui explique, en partie, pourquoi les épidémies surviennent en hiver dans les climats tempérés comme la France.

Prévention

L’application de certaines mesures d’hygiène et de gestes barrières peuvent contribuer à limiter la transmission d’une personne à une autre

Concernant le malade, dès le début des symptômes, il est recommandé :

  • Limiter les contacts avec d’autres personnes et en particulier les personnes fragiles (nourrisson, femmes enceintes, personnes âgées ou porteuses de certaines maladies chroniques ou souffrant d’obésité) ;
  • Mettre un masque jetable lors de contacts, notamment avec ces personnes fragiles
  • Tousser ou éternuer dans le pli du coude ou dans un mouchoir en papier ;
  • Se moucher dans des mouchoirs en papier à usage unique jetés dans une poubelle recouverte d’un couvercle de préférence ;
  • Ne cracher que dans un mouchoir en papier à usage unique jeté dans une poubelle recouverte d’un couvercle de préférence.
  • Tous ces gestes doivent être suivis d’un lavage des mains à l’eau et au savon et à défaut, avec une solution hydroalcoolique.

Concernant l’entourage du malade, il est recommandé :

  • Éviter les contacts rapprochés avec les personnes malades, en particulier quand on est une personne fragile ;
  • Se laver les mains à l’eau et au savon après contact avec le malade ou le matériel utilisé par le malade ;
  • Nettoyer les objets couramment utilisés par le malade.

Vaccination

Des vaccins efficaces contre la grippe existent et sont utilisés depuis plus de 60 ans, ils sont recommandés pour les personnes les plus fragiles :

  • Les femmes enceintes à n’importe quel stade de leur grossesse
  • Les enfants de 6 mois à 5 ans
  • Les personnes âgées à partir de 65 ans
  • Les personnes souffrant d’une maladie chronique

La durée de protection du vaccin s’étend de 6 à 9 mois. Les modifications génétiques constantes des virus grippaux imposent d’ajuster chaque année la composition du vaccin pour y ajouter les dernières souches du virus en circulation pour assurer une protection optimale.

Traitement

Des antiviraux contre la grippe sont disponibles dans certains pays et peuvent éviter des complications sévères et des décès. Idéalement, ils doivent être administrés dès le début de la maladie pour réduire la durée de la maladie et la sévérité des symptômes s’il est pris dans les 48 heures suivant l’apparition des symptômes. Il existe 2 types d’antiviraux :

  • Les inhibiteurs de la neuraminidase grippale (l’ostéltamivir et le zanamivir, mais aussi le péramivir et le laninamivir homologués dans plusieurs pays).
  • Les adamantanes, inhibiteurs de la protéine M2 (amantadine et rémantadine), mais une résistance des virus à ces médicaments, limitant l’efficacité du traitement, ont déjà été rapportés.

L’OMS surveille la sensibilité aux antiviraux des virus grippaux en circulation en vue de fournir des orientations en temps opportun concernant l’utilisation des antiviraux dans la prise en charge clinique et éventuellement dans la chimioprophylaxie.

Actuellement, la majorité des virus grippaux en circulation sont résistants aux adamantanes et l’OMS recommande les inhibiteurs de la neuraminidase en tant que traitement de première intention pour les personnes nécessitant une thérapie antivirale.


Appeler une maison médicale

Test PCR Test antigénique
Antibes
Cannes
Juan-les-pins